Tony Lawson, Adult Day Program Client
Tony Lawson, un client du Programme de jour
pour adultes, se tient à côté du panneau du
centre.

En partenariat avec le Collège Algonquin et le Réseau local d’intégration des services de santé de Champlain (RLISS), le CRCOO a lancé un nouveau programme de jour pour adultes (PJA) dans l’ouest de la ville. Ce partenariat est unique. Si l’on veut simplifier les choses à l’extrême, le CRCOO anime ce programme, le Collège Algonquin l’héberge et le RLISS le finance. 

Il est important de noter que les locaux et les installations accueillant le programme ont été entièrement meublés et équipés grâce à un don substantiel de la succession de la regrettée Anita Garbarino Girard. En son honneur, ils ont été officiellement nommés Garbarino Girard Centre for Innovation in Seniors Care. 

Bien que le Centre soit également destiné à accueillir d’autres activités, son objectif principal reste d’héberger le deuxième PJA du CRCOO. Le 18 février 2016, le nouveau programme a reçu son premier client. Aujourd’hui, il fonctionne pratiquement au maximum de ses capacités avec 30 clients au total, soit 10 par jour. 

À l’image du PJA original hébergé dans nos locaux principaux du 2, cour MacNeil, ce deuxième programme consiste essentiellement à offrir un répit aux aidants naturels et une journée complète d’activité pour les adultes éprouvant des troubles liés à la démence. Plus précisément, il est conçu pour aider les clients à atteindre et à maintenir un niveau de « fonctionnement » maximal dans leurs activités quotidiennes et pour leur offrir des occasions de socialisation.

Outre le répit et le soutien offerts aux aidants naturels, la participation à ce type de programme peut contribuer à réduire le recours à des ressources de soins actifs de courte durée ainsi que les admissions dans des centres de soins de longue durée. 

Avec ce programme, ce sont 1 500 journées supplémentaires de fréquentation des PJA qui sont offertes. Compte tenu du nombre croissant de résidents de nos collectivités ayant reçu un diagnostic de démence, il s’agit là d’un résultat tout à fait appréciable.

Tony Lawson, un client du PJA, explique : « Nous avions désespérément besoin d’un programme de ce type. » Pleinement conscient de ses troubles cognitifs, il s’est inscrit de lui-même afin d’offrir un répit à sa femme. 

L’équipe du PJA gère différents programmes axés sur la stimulation mentale, l’activité physique, la socialisation et la relaxation. Il s’agit notamment, sans que cela soit limitatif, de discussions sur des sujets d’actualité non controversés sous la houlette d’un animateur, de présentations éducatives, d’exercices sur chaise, de séances de jeux de plateau, de karaoké et d’artisanat, de préparation des repas et de séances de manucure. 

Pour animer un PJA, il faut être doté d’une personnalité particulière. Le personnel du programme fait à la fois preuve de gentillesse, d’attention et d’empathie. Tony se montre extrêmement laudatif à cet égard : « Ces gens sont fantastiques; ils sont patients, professionnels et comprennent ce que nous vivons. » 

Pour de nombreux clients, il s’agit surtout de gérer une situation de perte, notamment de perte d’indépendance et de perte des capacités à prendre des décisions sur la base d’un jugement sain. Parmi eux, la dépression n’est pas rare. Tony, quant à lui, explique qu’il en est venu à accepter que les choses ne soient jamais plus, pour lui, comme elles l’étaient avant que la maladie ne progresse. Voilà pourquoi il aime aider les autres, dans la limite de ses moyens, en s’appuyant sur sa motivation et en ayant recours à l’humour. « Je n’hésite pas à faire à l’occasion une blague drôle! », dit-il en souriant.

Aucun des clients ne souffre exactement des mêmes symptômes et chacun se trouve dans une phase différente de sa maladie. Pour Tony, c’est la mémoire à court terme qui est défaillante, tandis qu’il se targue d’avoir conservé une excellente mémoire à long terme. Il a beaucoup voyagé et se souvient avoir visité la Grande Muraille de Chine, avoir vu des pandas et contemplé le Taj Mahal. Il contribue en se portant toujours volontaire pour raconter des histoires aux autres clients. 
« Je vois alors leurs yeux briller! », s’exclame-t-il.

Mais ce n’est pas tout, la création de ce centre s’accompagne également d’un volet éducatif capital. À compter de septembre 2016, les étudiants du Collège Algonquin inscrits au sein du département Santé, sécurité publique et études communautaires pourront recevoir une formation en situation grâce à des stages pratiques dans le cadre du PJA, ce qui permettra d’accroître les compétences et les connaissances de ces jeunes en passe d’entrer sur le marché du travail et ainsi de mieux répondre aux besoins d’une population de personnes âgées qui ne cesse de croître. « D’un côté, le programme offrira aux étudiants du Collège Algonquin une occasion unique d’apprendre et d’appliquer de nouvelles compétences. D’un autre côté, en collaborant avec le Collège, nous serons également en mesure d’enrichir notre programme au profit de nos clients. », explique Shirley Chennette, coordonnatrice du PJA.

Pour s’inscrire au PJA, il faut avoir reçu un diagnostic confirmé de démence et être aiguillé par le Centre d’accès aux soins communautaires de Champlain. Le PJA du Collège Algonquin est ouvert de 10 h à 16 h 30 du jeudi au samedi et le PJA de MacNeil de 9 h 30 à 15 h 30 du lundi au samedi. Pour de plus amples renseignements sur nos PJA, veuillez communiquer avec nous par téléphone au 613-591-3686 ou par courriel à info@wocrc.ca.